Publicité

X
Geneanet > Plus > Tout sur les noms/prénoms > Origine du nom "BORDEAUX"

Noms et prénoms : leur origine

Origine du nom "BORDEAUX"

Étymologie

nom=BORDEAUX&source=&action=add
Barlahan
Un nom rencontré en Normandie, mais qui est une variante de Barlaam, Barlam, Barlaan (Sud-Ouest et Catalogne). Le premier porteur du nom est en effet Joseph Barlaan, enfant trouvé à Bordeaux à la fin de l'année 1814, dont une fille deviendra Barlahan en Dordogne, nom conservé par un petit-fils lors de son mariage dans la banlieue du Havre. Barlaam est un nom de personne araméen (signification possible : fils du peuple) popularisé par plusieurs saints. Le plus connu est un ermite de Mésopotamie fêté le 27 novembre, associé à saint Josaphat ou Joasaph : le roi Joasaph vivait prisonnier de son père dans une captivité pleine de délices, mais Barlaam le convertit et l'entraîna dans sa vie érémitique. Leur légende a été popularisée dans un roman grec du XIe siècle, traduit ensuite en latin et dans la plupart des langues européennes. Un autre Barlaam (fête le 19 novembre) aurait eu la main brûlée par des charbons ardents à Césarée en 304. Un troisième, plus tardif, était un moine basilien du XIVe siècle.
Bordel
Pas très facile à porter aujourd'hui, ce nom, surtout présent dans l'Isère, désigne tout simplement une petite ferme (voir Bordes), et donc celui qui habitait une ferme, ou qui était originaire du lieu-dit (le) Bordel. On trouve aussi les variantes Bourdel, Bourdelle dans de nombreuses régions de France. Avec vocalisation de la finale : Bordeau (53, 72), Bordeaux (14, 76), qui peuvent aussi désigner celui qui vient de Bordeaux. Voir aussi Bourdeau. Diminutifs : Bordelet (53), Bordelot (89), Bordelon (45).
Bourdelle, Bourdelles
Pour le sens, voir Bordes (Bourdelle est un diminutif). On rencontre les Bourdelle dans le Limousin (87, 19). Quant aux Bourdelles, ils sont présents en Auvergne (63) et dans le Sud-Ouest (47). Il existe une commune appelée Bourdelles dans la Gironde (également Bourdeilles en Dordogne). On ne confondra pas ce nom avec Bourdellès (22), qui devrait désigner celui qui est originaire de Bordeaux.
Delanativité
Le nom semble de formation relativement récente. On me signale qu'il est toujours associé au prénom Jean-Baptiste (depuis la fin du XVIIIe siècle à Bordeaux). D'où l'idée d'un surnom donné à un enfant trouvé le 24 juin (fête de la Nativité de saint Jean-Baptiste).
Fort
Surnom s'appliquant à un homme robuste. A noter cependant qu'au Moyen Âge c'était aussi un nom de baptême, surtout utilisé dans le Sud-Ouest et popularisé par un évêque de Bordeaux (VIe siècle).
Fortin
Nom très courant, notamment dans l'Ouest (35, 49). C'est un diminutif de Fort, qui peut être un sobriquet désignant un homme fort, mais qui, à l'Ouest, est plutôt un nom de baptême, popularisé par un saint qui semble avoir été très vénéré dans la région Poitou-Charentes, et qui fut évêque de Bordeaux au VIe siècle.
Deleria
Porté notamment à Bordeaux, pourrait désigner celui qui est originaire de Lería, en Espagne (Castilla-León), ou de Leiria au Portugal.
Bénatte
Patronyme rare dont l'origine est difficile à localiser (quelques mentions aujourd'hui à Paris et dans la Creuse). Le mot 'bénate' correspond à l'occitan 'banasta' (= corbeille, hotte, également sobriquet pour un nigaud dans certaines régions). C'est aussi un toponyme : une commune s'appelle La Benâte (Charente-Maritime), ainsi que divers hameaux de l'Ouest. La Benatte est également le nom d'un quartier de Bordeaux. Pour la commune de La Benâte, certains pensent à une métaphore avec une corbeille (Dauzat-Rostaing), d'autres (Nègre) préfèrent le sens de 'bénie', qualificatif attribué notamment à la Vierge.
Bourdoulous
Nom porté en Bretagne (29), également écrit Bourdouloux, Le Bourdoulous, Le Bourdouloux (29, 22). Il paraît désigner celui qui est originaire de Bordeaux (Bourdel en breton). Avec le même sens : Bourdoulès (29), Bourdellès, Le Bourdellès (22).
Galicy
Nom assez rare porté en Provence, rencontré notamment à Aix, où on trouve la forme Galici en 1545, cette dernière graphie étant également présente dans les Pyrénées-Orientales. À noter aussi la variante Gallici, qui semble la plus ancienne (mentionnée à Aix dès 1506). Sens obscur. Peut-être un ancien nom de personne (cf. saint Gallicin, évêque de Bordeaux mort vers 475). On peut aussi envisager que "galici" soit une variante de "calici" (= calice), et on pensera enfin à la Galice, en Espagne. À noter que ces noms sont aussi présents en Italie : Gallici dans le Frioul, Galici en Sardaigne et en Sicile."
Dessent
En France, le nom est porté en Charente-Maritime et en Gironde. Il est arrivé au Canada avec Raphaël Dessent, dit Sanspitié, originaire de Bordeaux. On le rencontre également en Belgique, où il connaît de nombreuses variantes (Desent, Dessain, Dessaint, Dessein, Desseint, etc.). Dans tous les cas, le sens me semble très incertain.
Corbinien
Très rare, le nom a été attribué au XIXe siècle à des enfants trouvés, l'un en 1827 à Bordeaux, l'autre en janvier 1847 à Saint-Brieuc. C'est un ancien prénom popularisé par saint Corbinien, évêque de Freising (Bavière) né dans la région parisienne, qui aurait domestiqué un ours, le transformant en bête de somme.
Clofullia
Un nom bien mystérieux, d'autant qu'il a beaucoup voyagé. La plus ancienne mention que je retrouve se situe à Bordeaux en 1804, avec la naissance de Louise Clofillia (13 fructidor an XII), dont le père est mentionné comme pâtissier suisse (à noter que son prénom n'est pas cité). Le nom s'est aussi écrit Clo-Fuilla, Clofulia et bien sûr Clofullia. Je ne saurais en dire plus, sinon qu'une origine suisse ou savoyarde paraît probable. Le nom a été rendu célèbe au XIXe siècle par madame Clofullia, femme à barbe qui fit les beaux jours du cirque Barnum (elle était d'ailleurs née en Suisse, son nom de jeune fille étant Boisdechêne, mais avait rencontré son mari à Paris).
Glossinde
Très rare, le nom est porté en Lorraine (54, 57). C'est un nom de personne germanique, Glossindis, popularisé par sainte Glossinde, fondatrice à Metz de l'abbatiale qui lui est dédiée. À noter que le nom a pu être donné à des enfants trouvés (un exemple à Bordeaux au XIXe siècle).
Nom formé à l'aide d'un suffixe diminutif, utilisé en général pour exprimer la filiation. Les suffixes diminutifs catalans les plus fréquents sont -ET, -OT.
Surnom familier, le plus souvent moqueur.
Figure de style qui jouent un rôle essentiel dans la formation des surnoms. La plus fréquente est la métonymie. Lorsqu'on appelle une personne 'Bosch' (= le bois), on le désigne par le lieu où il habite, si on l'appelle Farine, on le désigne par la matière qu'il travaille. Quand on a affaire à des sobriquets, on ne sait jamais si on a affaire a une métaphore (= comparaison sous-entendue) ou à une métonymie. Prenons une personne qui s'appelle Poisson : l'a-t-on surnommée ainsi car elle pêche du poisson (métonymie), ou car elle ressemble au poisson, par son physique ou son comportement (métaphore) ? Le problème est insoluble, il suffit simplement de le savoir !
Anthroponyme transmis par le père. La plupart des noms de famille sont des patronymes.
Albert Dauzat, Dictionnaire des noms et prénoms de France, Larousse, 1951 (dernière édition en 1984).
Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, 1963, Guénégaud sd pour la dernière édition.
Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Droz, 1990-1998.

Informations géographiques

Affinez votre recherche en cliquant sur une zone géographique et en faisant glisser le curseur de périodes

> passez la souris sur une portion du camembert pour afficher les informations qui s'y rapportent.
> cliquez sur la loupe pour consulter les résultats détaillés de nos moteurs de recherche.

Tout 1500 1600 1700 1800 1900

Pour utiliser ce service, merci de mettre à jour le plug-in flash de votre navigateur.

Get Adobe Flash player