Publicité

X

Revivez le quotidien d’un poilu de 14-18 grâce à… sa page Facebook !

Le 26 avr. 2013 par admin

486101_151097898383375_278849699_n.jpgLéon Vivien. Ce nom vous dit peut-être déjà quelque chose ? Depuis le 10 avril au soir et jusqu’au 17 mai, cet instituteur né en 1885 nous raconte « en temps réel » le quotidien de sa vie de poilu. « Ce profil est riche, il se lit comme un roman qu’on n’a pas envie de lâcher. », assure Jean-Luc Bravi, coprésident de l’agence de communication DDB qui collabore sous forme de mécénat avec le Musée de Meaux sur ce projet. Présentation.

646354.PNGLe publicitaire et le musée ont puisé dans ce qui est depuis novembre 2011 la plus grande collection Européenne consacrée à la guerre de 14-18. Ce sont quelques 50 000 objets, archives et documents qui ont ainsi servi à concocter une page Facebook dont les moindres termes ont été vérifiés par l’historien Jean-Pierre Verney afin d’éviter tout anachronisme. Pour le directeur du musée « Utiliser Facebook c’est attractif, mais cela ne devait pas nous empêcher d’être irréprochables! ».

En aimant la page de Léon Vivien, les internautes accèdent à un véritable carnet de poilu interactif, composé de photos, documents audio de l’époque et autres coupures de journaux. « J’ai crié ‘Vive la France !’ pour me donner contenance », avoue Léon lorsqu’il prend le train pour aller au front.

L’initiative, qui fait écho à d’autres expériences comme les comptes Twitter anglophones @RealTimeWWII et @WWIIToday consacrés à la Seconde Guerre mondiale, est saluée par les français connectés puisque plus de 45 500 d’entre eux aiment cette page. Ces derniers sont d’ailleurs invités à réagir et à commenter directement chaque élément publié. Beaucoup se prennent au jeu et encouragent ce soldat fictif dont, alors que le centenaire de la grande guerre approche, le quotidien et la réalité deviennent palpables. Tous saluent cette « très bonne idée », preuve que le passé peut passionner même les plus jeunes ou les plus accrocs à la modernité. D’ailleurs, Jean-Pierre Verney voit naître un intérêt de plus en plus important autour de 14-18 avec la disparition des derniers poilus, le centenaire de la guerre, mais aussi une passion grandissante à l’heure actuelle pour la généalogie. « Beaucoup de gens cherchent des informations sur leurs ancêtres. C’est quelque chose d’intime qui touche à la famille. »

Le compte Facebook est une bonne manière de sensibiliser les 23 millions de français connectés, et surtout les jeunes, au quotidien de ceux qui nous ont précédé et à la généalogie… Alors pourquoi ne pas s’inspirer de cette belle idée pour, vous aussi, créer le profil d’un ancêtre dont la vie vous a marqué ?

[ la page Facebook* de Léon Vivien ]


* il est nécessaire de posséder un compte sur Facebook pour consulter la page

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription